Le stationnement : parlons-en !

Je me dois de parler d’un sujet sensible. Le but est d’informer, voire de rétablir la vérité sur ce sujet. Il s’agit du stationnement.

Par Jean-Jacques Pasternak

ÉTAT DES LIEUX

1- le stationnement de surface se compose :

  • En zone bleue, 776 places.
  • Le stationnement gratuit 2467 places.
  • Le stationnement payant, sous la forme de quatre zones, comprend 1730 places. Cela représente 34,79% du stationnement de surface. Soit 4973 places

2- le stationnement en ouvrage se compose :
En stationnement souterrain, il y a actuellement 760 places (les places du parking Paul Bert n’en font pas partie, elles viennent d’être vendues). À cela s’ajoutent les 92 places du nouveau parking rue Hoche. L’exploitation du parking du RER A étant du ressort de la ville, il comprend 323 places.
Soit 1175 places
Le total de cette partie de stationnement est de : 6148 places

À noter :
Qu’il existe, soit en zone payante, soit en zone gratuite 92 places CIG GIG.
Ces places sont gratuites par décision du Maire
À cela s’ajoutent 48 places d’arrêt minute qui deviennent, en dehors des plages horaires réservées, payantes ou gratuites selon leur emplacement.
Les places ci-dessus sont déjà comprises dans le décompte.
Il y a également 73 emplacements « aires de livraison » et réservés (transports de fonds, ambulances, etc …).

Et enfin sur le Boulevard de Strasbourg une centaine de places « tolérées » sur les trottoirs.
Pour compléter ce sujet il existe :
-  160 places motos officielles
-  216 places vélos
-  Aucune place poussettes sauf dans les crèches

Bien entendu nous n’avons pas le décompte des places de stationnement des immeubles collectifs.
On peut estimer raisonnablement que 20% d’entre elles sont inoccupées. En effet les propriétaires ne les cèdent pas car celles-ci représentent une plus value lors de la vente d’un appartement. De plus ils ne les louent pas dans le but de ne pas faire pénétrer des « étrangers » dans leur copropriété.

Il en est de même pour les garages des pavillons.
C’est aussi sans compter tous les propriétaires qui ont transformé leur garage en pièce supplémentaire d’habitation. Et pour l’anecdote, aujourd’hui, il arrive que certains automobilistes achètent des véhicules trop importants pour entrer dans leur garage.
On peut noter que certaines personnes trouvant une place dans la rue, négligent de rentrer leur véhicule.
Ces trois observations augmentent, bien entendu, le nombre de voitures résidentes sur la chaussée.
Et, dernière remarque, ce problème de stationnement est amplifié par les familles qui possèdent 2, 3 voire 4 voitures.

EN PROJET

  • 13 places de stationnement payant qui sont en cours d’aménagement rue de Chateaudun.
  • Le parking RER A : environ 600 places qui seront mutualisées entre le public, l’hôpital Armand Brillard, les employés des entreprises environnantes et les activités du Pavillon Baltard. Ce parking débouchera directement sur celui-ci.
  • Puis suite aux travaux du site Nogent Baltard, une restructuration de la place Leclerc permettra l’implantation d’un parking souterrain d’une centaine de places.
  • Le PLU, voté dernièrement, prévoit un emplacement réservé sur le boulevard de Strasbourg, le nombre de places n’est pas encore déterminé.