Nogent : les municipales de la Culture

Chacun doit pouvoir trouver son chemin d’accès à la culture, nous multiplierons les passerelles, les médiations, les voies pour ne laisser personne sur le bord de la route.
Toute notre politique culturelle est et sera tournée vers cela !

Deborah Münzer

Comme pour les échéances précédentes, au niveau national, la culture n’est pas un enjeu majeur des campagnes municipales du territoire. Force est de constater que le matraquage fiscal, la lâcheté, les lubies et les renoncements de la tribu gouvernementale mobilisent nos citoyens sur les impôts, l’emploi, la sécurité, les rythmes scolaires, la famille…

Cela est vrai, à une exception près : les habitants du grand Paris. Si 92 % des sondés considèrent la culture comme un axe prioritaire du grand Paris, cela n’est pas pour rien.
Les citoyens ne s’y trompent pas. La culture est primordiale pour notre métropole en général et Nogent en particulier.

La culture, ce n’est pas le strass et les paillettes. La culture, ce n’est pas non plus un outil pour masquer le fait que l’on ferait du social.
La culture, c’est de l’attractivité économique. La culture, c’est de l’innovation. La culture, c’est de l’emploi. Les terres agricoles et les usines ne refleuriront pas en petite couronne. Les emplois de demain seront immatériels et créatifs.
La culture, c’est aussi du rêve et de l’espérance retrouvée. La culture, c’est de l’émancipation intellectuelle et le champ d’un libre-arbitre affirmé. Pas question de parler de supplément d’âme, la culture sert à former des esprits libres et autonomes, capables de naviguer dans les « forêts de symboles » dont parlait Baudelaire.
Enfin, la culture, c’est de l’espace redéfini. La culture, c’est du temps retrouvé. Dans cette folie moderne que sont nos vies métropolitaine, cette dictature de l’urgence, ce règne de l’image et des media, la culture œuvre littéralement pour notre qualité de vie, elle permet de mieux vivre, plus sereinement.

A Nogent, on ne fera donc pas l’impasse sur la culture. D’abord, parce qu’elle est et a toujours été le cœur battant de la Ville. De la Scène Watteau au Pavillon Baltard, du Conservatoire à la Maison des Jeunes et de la Culture, du Cinéma à la Maison d’Art Bernard Anthonioz, de l’annexe de Drouot à la galerie Croset, des ateliers d’artistes de la Fondation aux différentes compagnies de théâtre de la Ville, difficile de ne pas voir qu’à Nogent, la Culture est l’une de nos priorités !

Entre 2008 et 2014, nous avons consolidé et diversifié l’offre culturelle à Nogent. Nous avons aussi bâti et solidifié notre politique d’éducation artistique. En vrac et sans exhaustivité : municipalisation du Conservatoire avec mise en place du quotient familial, poursuite du dispositif d’éducation au violon à Guy Môquet, ouverture de la Petite Scène dédiée aux musiques actuelles, création du dispositif « Arts en famille », soutien au Balt’art contemporain, implication dans le festival « autour du court » de la MJC et dans le « jour le plus court » avec le CNC, création d’un festival de ciné-concerts, rénovation de notre patrimoine culturel et cultuel, échanges internationaux autour de disciplines artistiques à l’instar de ce que nous avons fait avec la ville de Metulla… La ville est vivante, vibrante grâce à la culture.

Entre 2014 et 2020, au-delà de poursuivre, d’accroître les liens entre les uns et les autres, de diversifier encore davantage les pratiques, les savoirs et les accueils sur le territoire, un chantier doit être aujourd’hui lancé. La culture doit être exigeante et populaire.
« Exigence » et « peuple » ne sont pas contradictoires. Je l’ai appris à Nogent dans les différentes associations que j’ai fréquentées. A moi, à nous de passer le relais auprès de toutes les générations qui arrivent, qui grandissent, qui vieillissent à Nogent.
Seuls les élus qui cèdent à la facilité et à la simplification du réel le croient. Au contraire, l’engagement politique demandant un engagement total, sincère et permanent ; on est exigeant que parce que cela concerne le peuple. Exigeant ne veut donc pas dire élitiste. Exigeant signifie que l’on doit tirer tout le monde vers le haut, permettre à ceux qui ne sont pas nés avec les codes et les bagages culturels suffisants de comprendre des vers de Racine…

Chacun doit pouvoir trouver son chemin d’accès à la culture, nous multiplierons les passerelles, les médiations, les voies pour ne laisser personne sur le bord de la route.
Toute notre politique culturelle est et sera tournée vers cela. Cette appropriation de la culture par les nogentais. Appropriation des lieux, des formes d’expression.
Plus la culture sera diversifiée, plus elle sera riche. Moins elle sera uniformisée, plus elle sera utile.

Certaines villes ont abdiqué soit parce qu’elles préfèrent s’offrir une culture de l’entre –soi, soit parce qu’elles ne font plus que du social pour maintenir les citoyens dans l’asservissement et la dépendance.
Nous n’abdiquerons pas. Nous avons besoin d’électeurs éclairés. Nous avons besoin d’électeurs qui ressentent, qui savent, qui comprennent, qui veulent.
Certains - que je combats politiquement - appellent nos concitoyens à s’indigner ! Moi, j’appelle les Nogentais et les Nogentaises à se cultiver ! Lisez, regardez, écoutez… cultivez-vous, soyez curieux et critiques, nous vous y aiderons et il en restera toujours quelque chose !

A bon entendeur.