Qualité urbaine et densification : parlons-en ! Jean-Paul David

C’est parce que nous aimons Nogent que nous l’avons dotée d’un PLU patrimonial

Par Jean-Paul David

Le PLU patrimonial voté par le conseil municipal, après enquête publique et avis favorable sans restrictions du Commissaire enquêteur, sera pour les 20 années à venir un bouclier contre une densification urbaine voulue par l’Etat, la Région et la Métropole.

L’opposition systématique et sans vision de certains candidats, qui ont déjà à leur actif le retard du projet de Cité d’affaires Nogent Baltard (abords de la gare RER A et du Pavillon Baltard), relève de la démagogie, du populisme, voire de l’irresponsabilité !

Dans la ligne de ses prédécesseurs - Roland Nungesser qui avait créé des ZAC destinées à la réhabilitation du centre-ville, Estelle Debaecker qui avait fait voter en 2001 un POS qui a permis de contrôler les « débordements » de certains spécialistes de la promotion immobilière – Jacques JP Martin, soutenu par les élus de sa majorité municipale, a souhaité franchir une étape supplémentaire en élaborant le PLU patrimonial qui vient d’être voté à une très large majorité, avec avis favorable de tous les services publics associés, dont l’Etat. Ce PLU patrimonial protège dans ses spécificités près de 70 % de notre territoire.

Les perspectives d’évolution de notre population

Ces perspectives sur 20 ans prennent en compte le Programme Local de l’Habitat (PLH) accepté par l’État et la Région, largement diffusé et expliqué aux habitants lors de deux séries de 6 rencontres de quartiers : 150 logements de plus par an, dont au titre de la mixité sociale par la mixité de l’habitat 45 logements sociaux neufs et 19 en reconversion d’habitat ancien. L’application de la loi SRU conduit à imposer 25 % de logements sociaux à tout nouveau projet de plus de 1 000 m2 de surface de plancher.

Le PLU pourrait permettre (si toutes les possibilités de construction étaient exploitées, ce qui serait un cas d’école) une évolution de 1 500 à 2 000 habitants sur 20 ans, près de 20 % de cette évolution se faisant par les mutations naturelles au plan du nombre de personnes par foyer, notamment dans les quartiers résidentiels.

Notre PLU patrimonial ne permettra pas un « bétonnage », bien au contraire il a été élaboré pour mieux protéger et contrôler les secteurs résidentiels en laissant évoluer ceux dits en mutation tels le boulevard de Strasbourg, les abords des gares et l’hyper centre ville. De plus, les hauteurs maximales autorisées par le PLU ne font qu’entériner le bâti existant.

Je tiens à dénoncer les mensonges de deux listes d’opposition qui affirment que les zones pavillonnaires pourraient voir pousser des constructions de 21 mètres : c’est faux et malhonnête d’affirmer cela ! Même en campagne électorale, tout n’est pas permis !

D’ailleurs le représentant de l’une de ces listes n’est pas avide de contradictions : après avoir déposé des recours devant le tribunal administratif qui a fait perdre 2 ans au projet de Cité d’affaires Nogent – Baltard, il écrit : « la priorité devrait être près du RER E..… emplois et revenus pour la ville ». C’est méconnaître le terrain car ce qui est prévu à la gare RER A est impossible à réaliser derrière la gare RER E en raison du passage en souterrain de l’A86. Après 6 ans passés dans l’opposition, il aurait pu s’en apercevoir.

Poursuivant, il affirme, avec chiffres à l’appui que Nogent est beaucoup plus dense que les communes voisines, en oubliant bien sûr de citer celles qui sont largement plus denses. Par honnêteté il aurait dû citer toutes les villes voisines !

VilleSurface en km2Habitants/km2Habitants
Vincennes 1,91 25 471 48 649
Saint-Mandé 0,92 24 230 22 292
Charenton 1,85 15 979 29 592
Nogent 2,86 11 117 31 795
Le Perreux 3,96 8 409 33 214
Champigny 11,3 6 708 75 800

Il faut noter que le Perreux ne faisait qu’une seule ville avec Nogent il y a 130 ans et qu’à cette époque Nogent était le bourg et Le Perreux l’un des quartiers résidentiels comme les Viselets, le coteau, le bois. Notre communauté d’agglomération, créée en 2000, s’étend sur 7 km2 avec 65 000 habitants, soit 9 300 habitants au km2. Le PLH est communautaire, il faut ramener à l’ensemble de notre territoire intercommunal les comparaisons.

Parlons aussi d’esthétiques urbaines, d’une architecture respectueuse de notre projet de ville, de rénovation, de requalification, et non de bétonnage pour les opérations réalisées depuis plus de 10 ans. Chacun jugera si la modernisation de notre ville depuis 2001 fut une erreur ! (sauf la place Leclerc réalisée dans les années 70 avec le parking de l’avenue de Joinville à une époque où l’Etat était encore compétent au plan des permis de construire).

Comparons le parking pourri de la rue Paul Bert à l’espace David Douillet !
La vétusté de la rue Eugène Galbrun et ce qu’elle est devenue aujourd’hui !
L’immeuble de l’ancienne Poste et celui actuel avec la supérette en rez-de-chaussée et des logements sociaux.
L’ancienne caserne des pompiers et la Petite Italie
Il y a bien d’autres exemples…...

Est-ce ça du bétonnage ? Jugez-vous-même !
Pourquoi notre ville est-elle aussi attractive et reconnue pour son cadre de vie exceptionnel à l’est de Paris ?
Cela est le résultat d’un aménagement et d’une modernité respectueuse de notre qualité de vie et de notre richesse patrimoniale.

Jugez-vous-même, nous aimons, comme vous, notre ville !