L’avertissement de Tocqueville, en janvier 1848, vaut pour notre époque

Le 27 janvier 1848, à un mois de la révolution qui allait emporter le régime de la Monarchie de juillet, Tocqueville, député d’opposition qui siégeait au centre-gauche, prononça un discours demeuré fameux parce qu’il était prophétique.

Extrait
"On dit qu’il n’y a point de péril, parce qu’il n’y a pas d’émeute ; on dit que, comme il n’y a pas de désordre matériel à la surface de la société, les révolutions sont loin de nous. Messieurs, permettez-moi de vous dire, avec une sincérité complète, que je crois que vous vous trompez. Sans doute, le désordre n’est pas dans les faits, mais il est entré bien profondément dans les esprits Ne voyez-vous pas que, peu à peu, il se dit dans leur sein _que tout ce qui se trouve au-dessus d’elles est incapable et indigne de les gouverner ; que la division des biens faite jusqu’à présent dans le monde est injuste ; que la propriété y repose sur des bases qui ne sont pas des bases équitables ? Et ne croyez-vous pas que, quand de telles opinions prennent racine, quand elles se répandent d’une manière presque générale, quand elles descendent profondément dans les masses, elles amènent tôt ou tard, je ne sais pas quand, je ne sais comment, mais elles amènent tôt ou tard les révolutions les plus redoutables ? Telle est, messieurs, ma conviction profonde ; je crois que nous nous endormons à l’heure qu’il est sur un volcan ; j’en suis profondément convaincu."