La maire de Paris Anne Hidalgo ne veut pas de "péage urbain"

Une réflexion qui doit être menée au sein de la Métropole du Grand Paris selon Anne Hidalgo

PARIS, 23 oct 2017 (AFP) - La maire PS de Paris Anne Hidalgo a affirmé lundi qu’elle ne voulait pas de "péage urbain" pour entrer dans la capitale, tout en se disant intéressée à l’idée "d’aller plus loin" dans l’interdiction des véhicules les plus polluants.

"Je ne veux pas qu’il y ait un péage qui interdise aux habitants de la banlieue de rentrer dans Paris", a affirmé la maire de la capitale, interrogée à l’occasion d’une initiative présentée à la presse de douze maires de grandes villes du monde pour lutter contre le changement climatique.

"Je ne veux pas mettre un péage qui serait strictement une barrière financière, ceux qui peuvent payer pourraient rentrer (dans Paris), ceux qui ne peuvent pas payer ne pourraient pas rentrer. Ce n’est pas du tout ma vision de l’organisation des relations entre Paris et sa métropole", a ajouté Mme Hidalgo.

L’élue parisienne était interrogée sur une déclaration de son adjoint à l’urbanisme Jean-Louis Missika, publiée dans le journal Le Parisien, qui avait estimé lors du salon spécialisé Autonomy que la question "méritait d’être posée".

"En revanche, qu’il y ait des interdictions comme nous l’avons fait avec la vignette Crit’air (qui classe les voitures en fonction de leur pouvoir polluant), c’est ce que nous avons commencé à faire", a ajouté Mme Hidalgo qui est "d’accord pour regarder s’il faut aller plus loin dans l’impossibilité pour des véhicules polluants de rentrer dans l’agglomération parisienne".

"Donc ce n’est pas une décision de la maire de Paris, c’est un travail qui se fait au sein de la Métropole du Grand Paris", a-t-elle conclu.

Pierre Mansat
Chargé de la métropole du Grand Paris
auprès de la maire de Paris