Suppression de la taxe d’habitation : « Farouchement contre »

L’avantage de la taxe d’habitation, c’est justement qu’elle est très liée aux communes et que chacun voit le résultat de ce qu’il paie.

« Tout d’abord, je suis tout à fait d’accord pour que les collectivités prennent leur part dans les responsabilités financières de l’Etat mais il faut cesser de déresponsabiliser nos concitoyens. Lorsque l’on habite dans une ville, on profite de tous ses équipements. Que l’on fasse baisser la pression fiscale sur un certain nombre de ménages, d’accord, mais supprimer la taxe d’habitation et transformer cette fiscalité en dotation, on a vu ce que cela a donné. Dans le passé nous avons été échaudés. Je suis contre le remplacement par des dotations d’une fiscalité aussi importante pour les collectivités qui restent attachées à la libre administration des communes et de leurs intercommunalités. L’avantage de la TH, c’est justement qu’elle est très liée aux communes et que chacun voit le résultat de ce qu’il paie. Exonérer 80 % de notre population de taxe d’habitation, c’est les mettre hors-sol. Je n’arrive pas à comprendre pourquoi cet impôt local serait injuste pour 80 % de nos concitoyens et normal pour les autres. Plutôt que de la transformer en dotations (qui ne dureront pas !!), il faudrait travailler à une réforme de la TH et des valeurs locatives pour qu’elle soit plus juste, et donner ainsi une autonomie aux collectivités qui ne dépendraient plus du système de dotation d’Etat. La baisse des dotations pourrait conduire, à terme, à leur disparition d’où la nécessité de revoir la fiscalité des collectivités locales et leur panier de recettes. Quant à la « diète annoncée » par le président de la République, je souhaite rappeler que les collectivités ne sont responsables que de 7 % de la dette globale, et la Cour des comptes vient de confirmer, qu’en matière d’économie, alors que les collectivités sont à l’origine d’une économie « parfois forcée » de 9,4 milliards, l’Etat n’a pas, quant à lui, fait mieux que 5 milliards. Qui doit doubler ses efforts alors que l’Etat – responsable de 80 % de la dette – demande à nouveau une baisse des dépenses des collectivités de 13 milliards, au risque de remettre en cause les services à la population (crèches, cantines scolaires…) ? »

Source : https://www.lejournaldugrandparis.fr