François Fillon : « Je suis le seul à incarner une vraie rupture »

Le candidat de la droite à la présidentielle détaille un volet pouvoir d’achat de « plus de 10 milliards d’euros ». Il dévoile le calendrier de ses réformes s’il est élu avec le vote des grandes mesures fiscales et sociales dès l’été 2017.


La campagne présidentielle inquiète à l’étranger, en particulier les acteurs économiques. Vous-même avez parlé de « quasi-guerre civile ». En est-on réellement là ?

L’absence d’autorité du quinquennat de François Hollande s’est répercutée à tous les échelons, avec des politiques judiciaire et pénale désastreuses, une situation économique qui n’est pas bonne et un chômage toujours élevé. Cela crée un climat dangereux et malsain. Toute la population le ressent. Certains en profitent, d’autres éprouvent de la crainte. Avec cette formule, j’ai voulu frapper les esprits. Quand des ados attaquent des policiers au cocktail Molotov, quand des lycéens détruisent leur propre lycée, c’est du jamais-vu. Chaque semaine, les incidents sont plus violents.

Votre projet est clair sur les efforts demandés aux Français. Ne l’est-il pas moins sur l’espoir que vous leur apportez ?

Je suis le seul qui propose un espoir ! Les autres candidats proposent soit de continuer comme avant, c’est Emmanuel Macron, soit des utopies qui mènent à la catastrophe, c’est Marine Le Pen, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon. Moi, je propose un choc puissant pour le plein emploi, l’amélioration du pouvoir d’achat et la sécurité. Tout cela nécessite un effort qui n’est pas considérable. Il consiste à revenir à la situation d’avant les délires socialistes, et donc, notamment, à supprimer les 35 heures et à passer l’âge de la retraite à 65 ans. L’objectif est d’arriver en fin de quinquennat à un taux de chômage inférieur à 7%, une croissance supérieure à 2%, des finances publiques à l’équilibre pour commencer à réduire l’endettement et la remise sur pied d’un projet européen avec l’Allemagne. La France peut y arriver, c’est cela l’espoir !

Infléchirez-vous votre projet, comme l’ont demandé l’UDI et des proches de Nicolas Sarkozy ?

Mon projet reste et restera celui de la primaire, avec la mise en œuvre d’un choc de compétitivité immédiat pour faire redémarrer l’économie et un soutien rapide au pouvoir d’achat. Nous avons simplement amélioré certains volets, notamment la baisse des charges salariales afin qu’elle bénéficie davantage aux petits salaires. Il s’agira d’un forfait de 350 euros par salarié par an, 700 euros pour un couple, soit un effort substantiel de 7,7 milliards d’euros. L’ensemble de ces efforts, 40 Mds€ pour la compétitivité et plus de 10 Mds€ pour le pouvoir d’achat, seront financés par les économies sur la dépense publique et par la hausse de deux points du taux normal de TVA. Le taux intermédiaire de 10%, qui concerne par exemple le bâtiment et la restauration, ne bougera pas, ni les taux réduit et super-réduit.

Ce n’est pas ce qui était prévu…

En effet, nous avons considéré que le taux intermédiaire était plutôt supérieur à la moyenne européenne, à l’inverse du taux normal de 20%, et qu’une hausse pouvait avoir des incidences négatives sur les services. Le gain budgétaire, relativement faible, ne justifie pas un tel risque.

Quel sera, si vous êtes élu, le calendrier de votre choc de compétitivité si vous êtes élu ?

Juste après l’élection, je nommerai 15 ministres qui auront de larges prérogatives, avec un nombre limité de secrétaires d’Etat à leur disposition et des cabinets extrêmement réduits. J’instaurerai un code de conduite impliquant des règles strictes de solidarité gouvernementale, de prévention des conflits d’intérêt et d’utilisation des moyens publics. Dans les trois premiers mois, j’engagerai un collectif budgétaire comprenant les grandes mesures fiscales du quinquennat. Je ferai aussi voter les principales réformes sociales avec la suppression des 35 heures, la refonte du code du travail, le doublement des seuils sociaux, le plafonnement des indemnités de licenciement aux prud’hommes, le passage de l’âge de la retraite à 65 ans ainsi que la réforme de l’apprentissage. Les mesures de soutien au pouvoir d’achat seront également mises en œuvre dans ces cent premiers jours, au cours desquels nous engagerons aussi la réforme de l’Etat. Avant la fin de l’année, les programmes prioritaires tels que la lutte contre le handicap et la grande pauvreté auront été lancés, de même que la revue stratégique de défense et l’initiative européenne de consolidation de la zone euro. Je le dis aux Français : si vous m’élisez, la France sera engagée très rapidement sur la voie du redressement.

Les baisses d’impôts seront votées mais seront-elles effectives dès 2018 ?

Le plafond du quotient familial sera relevé dès l’année prochaine, de même que sera rétablie immédiatement l’universalité des allocations familiales. Autres mesures effectives en 2018 : la suppression de l’ISF et la création d’un prélèvement fiscal libératoire à 30% pour les revenus du capital, sachant que le régime de l’assurance-vie et du Livret A ne changeront pas. Il y aura aussi possibilité de déduire de ses impôts 30% des investissements réalisés dans des PME.

Le plafond de 1 million d’euros par an figurant dans votre programme est très généreux…

Ce sera un plafond de 1 million d’euros sur la durée du quinquennat. Ce mécanisme donne des très bons résultats au Royaume-Uni et ça ne choque personne !

Les baisses de cotisations sociales pour les entreprises seront-elles ciblées sur les salaires ?

Non. Je prévois 25 milliards d’allégements de charges et de taxes sur tous les salaires, qui s’ajouteront à la transformation dès 2018 du crédit d’impôt compétitivité et emploi (CICE) en baisse directe de cotisations. La concentration des baisses de charges sur les bas salaires a eu des effets pervers, car on a oublié les secteurs ayant besoin de personnels qualifiés, nécessaires à la compétitivité et à la croissance.

Quel est le calendrier pour les entreprises ?

L’impôt sur les sociétés sera abaissé à 25% par étapes, et les baisses de charges seront intégralement appliquées d’ici à 2019.

Emmanuel Macron veut supprimer les charges sur les heures supplémentaires, une mesure préconisée aussi par certains à droite…

La défiscalisation des heures supplémentaires était un pis-aller. En réalité, elle consolide les 35 heures pour toujours, cela devrait d’ailleurs conduire Martine Aubry à soutenir Emmanuel Macron ! Moi, je veux y mettre un terme, j’envoie des signaux très clairs. Il n’y a en a aucun dans le programme d’Emmanuel Macron.

La taxe carbone doit augmenter selon une trajectoire votée par le Parlement. Quelle est votre position ?

Nous mettrons en œuvre les trajectoires de hausse qui sont enclenchées mais nous n’irons pas au-delà.

Vos propositions sur la santé et la suppression de 500.000 postes de fonctionnaires ont suscité des vifs débats. Avez-vous, à un moment ou à un autre, regretté ces affichages ?

S’agissant des dépenses de santé, le sujet est clos. Il y a eu, à un moment donné, une mauvaise rédaction, je m’en suis expliqué devant la Mutualité française. Quant aux 500.000 postes de fonctionnaires, je n’ai aucun regret. La démagogie et le flou, cela suffit. La France est dans la zone rouge vif sur les comptes publics. Avec la hausse des taux d’intérêt qui va arriver à un moment ou à un autre, la situation va devenir intenable. Pour revenir à l’équilibre des comptes publics, des économies à hauteur de 100 milliards d’euros sont nécessaires. Faire évoluer le nombre de fonctionnaires est indispensable. Je ne veux pas tromper les électeurs.

Où comptez-vous trouver les postes à supprimer ?

Pour redresser le pays, les Français devront tous travailler un peu plus, notamment les fonctionnaires. Revenir à la situation d’avant les 35 heures n’est tout de même pas un effort considérable ! Le retour progressif aux 39 heures, ou plutôt précisément à 1.790 heures de travail par an, permettra d’ « économiser » les postes nécessaires. Il y aura des négociations secteur par secteur, en échange de hausses de salaire, de perspectives de carrière et d’amélioration des conditions de travail. Les fonctionnaires en ont d’ailleurs conscience. Ce qui les attend si on ne fait rien, c’est dix ans de gel des salaires …

C’est ainsi que vous arrivez à un demi-million ?

Oui. Il y a près de cinq millions et demi d’agents publics aujourd’hui. Si leur temps de travail remonte de 10 %, le calcul est simple. L’effort demandé est une baisse des effectifs de 9 % en cinq ans, soit moins de 2% par an. Il faut donc relativiser. J’ajoute que le numérique peut changer les administrations bien plus qu’aujourd’hui. Chacun d’entre nous gère son compte bancaire avec son smart-phone et il faudrait continuer à remplir des formulaires administratifs dans tous les sens : ce n’est pas possible ! Alléger les contraintes que l’État fait peser sur les Français dégagera aussi des économies.

C’est-à-dire ?

Le pays n’en peut plus des normes et des réglementations. Il ne suffit pas de décider une pause, il faut les faire reculer. Dans l’agriculture, j’ai pris l’engagement de supprimer les « sur-transpositions » des textes européens, là où la France en rajoute par rapport à Bruxelles. En travaillant sur le sujet, on s’aperçoit qu’on peut l’appliquer à tous les secteurs, par exemple aux collectivités locales.

Mais comment réformer l’État ? Toutes les tentatives ont plus ou moins échoué.

Ce qui est sûr est que François Hollande, lui, n’a rien fait du tout : les seules économies dans les dépenses publiques du quinquennat sont tombées du ciel -la baisse des taux d’intérêt – ou ne lui ont rien coûté – la baisse des dotations aux collectivités locales. Je pense qu’il faudra aller vite et mettre en place une structure ad hoc, qui s’appuie sur les expertises de cabinets privés.

A quelle date le passage de 62 à 65 ans de l’âge de la retraite s’appliquerait-il ?

De façon progressive, avec une montée en charge au même rythme que ce qui s’est passé pour le passage de 60 à 62 ans, ce qui permettra d’atteindre 65 ans un peu après la fin du mandat. Cette mesure permettra d’assurer la pérennité des régimes de retraite mais aussi de financer un relèvement des petites retraites, celles inférieures à 1.000 euros. Dans ce cas, la hausse sera de 300 euros au minimum par an et les pensions de réversion de 10 %. Je précise que les dispositifs permettant de partir plus tôt que l’âge légal seront maintenus. J’inscrirai aussi dans la Constitution l’égalité entre tous les régimes, pour supprimer les régimes spéciaux.

Emmanuel Macron défend l’idée d’un régime de retraites par points…

Le principe, pourquoi pas ? Mais cela ne réglerait rien sur le plan financier ! Ceux qui la défendent sont des illusionnistes qui ont en plus une idée cachée, qui est qu’à défaut de modifier l’âge de départ, on pourrait jouer sur la valeur du point, donc du pouvoir d’achat, pour équilibrer le système. La retraite par points est la voie ouverte à une baisse subreptice des pensions.

Que prévoira votre réforme du marché du travail à l’été 2017 si vous êtes élu ?

Une grande loi travail sera adoptée, et je suis favorable, pour certains volets, à agir par ordonnance car il faudra aller vite. Ma réforme prévoira la suppression de la durée légale du travail à 35 heures, le renvoi à la négociation collective avec une priorité pour la négociation d’entreprise, le doublement des seuils sociaux, la mise en place d’un plafonnement des indemnités prud’homales, le réforme de l’apprentissage et de l’alternance, la dégressivité des indemnités de licenciement et le passage de la retraite à 65 ans. Ce paquet social sera passé durant l’été. J’ajoute que la fin du monopole syndical est une revendication très forte d’un grand nombre de français et donc ce débat sera ouvert. De la même façon, l’inscription des motifs de licenciement possibles dans le contrat seront dans les discussions.

Votre trajectoire budgétaire reste au dessus des 3% jusqu’en 2019, ce qui fera tousser nos partenaires européens.

Notre trajectoire de déficit public est en effet de 3,7% du PIB en 2017, puis 3,5% en 2018 et 2,9% en 2019, avant un retour à l’équilibre en 2022. Mais ce que veulent nos partenaires européens, c’est que la France se redresse et fasse des réformes. Ils ne sont pas dupes des promesses de réduction des déficits sans réformes structurelles, car ils savent que ça ne marche pas. Aucun autre candidat ne propose un projet permettant le retour à l’équilibre et donc l’amorce de la décroissance de notre dette.

N’y a –t-il pas un risque récessif avec un gros effort de consolidation en fin de quinquennat ?

Si je suis élu président de la République, je subirai les déficits car j’aurai à gérer l’héritage de Monsieur Hollande qui a décalé beaucoup de dépenses nouvelles en 2017 et surtout en 2018. Les décisions du gouvernement actuel nous amènent à 3,4% en 2017 et 3,8% en 2018. Ceux qui disent qu’ils vont passer en dessous des 3% en 2018 racontent des bobards, sauf à faire une coupe dans les dépenses extrêmement fortes qui aura, là, un effet récessif.

Quel est votre objectif pour le niveau des dépenses publiques ?

Le plan de 100 milliards d’économies nous permet de ramener ce niveau de dépenses publiques en dessous des 50% du PIB d’ici à 2022, ce qui est exactement l’objectif que Monsieur Macron brandissait en permanence ces derniers mois et qu’il a apparemment abandonné. Je ne parle même pas des autres candidats, car Mme Le Pen veut augmenter de 145 milliards les dépenses publiques. Quant à Monsieur Hamon, ce n’est même pas chiffrable.

PARTIE POLITIQUE

Qu’est-ce qui vous différencie fondamentalement d’Emmanuel Macron ?

Le programme d’Emmanuel Macron, c’est la reconduction de la politique de François Hollande. Rien d’étonnant puisqu’il en est le concepteur ! Son programme est attrape-tout, maintenant qu’il a abandonné toutes ses audaces sur la fin des 35 heures et la suppression de l’ISF. En réalité, il fait des promesses à tous les électeurs et ne changera rien à la situation du pays. Dans un monde dangereux, avec un président américain plus qu’inattendu, avec le Brexit, les risques de dislocation de l’Europe, une Russie qui dérive dans le mauvais sens, et avec le totalitarisme islamique, la France a besoin d’un président qui ait de l’expérience plus que d’un président qui revendique son immaturité comme le fait M. Macron.

Comment expliquer la capacité de séduction de Marine Le Pen et que ses idées économiques glissent sans vraiment inquiéter ?

La sortie de l’euro et la création monétaire, c’est une inflation au minimum de 10% avec des conséquences immédiates sur l’économie, l’épargne et le pouvoir d’achat des Français. C’est la crise politique que traverse le pays et l’absence de résultats qui explique qu’elle attire. Moi, je pense que la seule manière de mettre fin à la menace extrémiste, c’est d’améliorer le sort des Français. Pour cela, il ne faut pas un Hollande bis. Il faut une nouvelle rupture.

Mais votre « nouvelle rupture » est-elle socialement et politiquement faisable ?

Si je suis élu président, j’aurai avec moi une majorité parlementaire ce qui ne serait le cas ni pour Monsieur Macron ni pour Madame Le Pen. Je suis le seul à incarner une vraie rupture, qui permettra de redresser l’économie.

Comment ramener vers vous les électeurs qui vous ont quitté parce que vous aviez indiqué qu’une mise en examen stopperait votre candidature et que vous avez changé d’avis ?

Je vais leur demander s’ils veulent le redressement du pays, s’ils veulent que les valeurs de la droite et du centre soient défendues ou s’ils veulent la poursuite de la politique de François Hollande. Emmanuel Macron, c’est l’hologramme de François Hollande. En plus jeune.

Pensez-vous être mis en examen mercredi ?

Compte-tenu de la précipitation avec laquelle cette procédure est conduite, je ne me fais pas bcp d’illusions. Mais je suis convaincu que mon innocence sera reconnue in fine.

A votre avis, pourquoi ?

Je m’en suis expliqué : il est inimaginable que la manière dont l’instruction a été conduite aboutisse, de fait, à priver la famille politique que je représente de la possibilité d’avoir un candidat à l’élection présidentielle. J’ai donc pris mes responsabilités. Si les Français en concluent que j’ai une capacité de résistance considérable, tant mieux.

Alain Juppé a-t-il raison de dire qu’une partie des électeurs LR s’est radicalisée ?

Non, pas du tout ! Le mot est blessant. Il n’y a pas de radicalisation, le projet n’a pas changé, il n’est pas plus à droite. Le fait que la plupart des dirigeants politiques partis pendant la crise aient décidé de revenir le montre. Il n’y a pas de radicalisation, mais de la colère, oui.

Pensez- vous être le mieux placé pour demander des efforts aux Français ?

Ce sont les Français qui choisissent et ce sont eux qui me donneront la légitimité. Je le dis aux médias : si tout le monde doit être passé au scanner, alors passez tout le monde au scanner.

Si vous n’êtes pas élu, quel sera, selon vous, l’avenir de la France ? La faillite ?

Si c’est Marine Le Pen, il y aura 145 milliards de dépenses supplémentaires, la sortie de l’euro, la fermeture des frontières et un effet immédiat désastreux sur l’économie. Si c’est Emmanuel Macron, ce sera la poursuite de la politique actuelle, sans majorité, car il ne peut pas y avoir de majorité de Robert Hue à Alain Madelin.

Selon le JDD un tiers vous aurait offert des costumes pour un montant de 13 000 euros. Serait-ce une nouvelle affabulation ? Qui a intérêt à faire fuiter ce genre d’accusations ?

Un ami m’a offert des costumes en février. Et alors ? J’observe que ma vie privée fait l’objet d’enquêtes en tous sens et que ce traitement m’est réservé. Mes faits et gestes sont scrutés tous les jours dans l’intention évidente de me nuire pour m’écarter de la course à la présidentielle. Qui cherche à me nuire, je ne le sais pas et je n’ai pas de cabinet noir qui mènerait des enquêtes parallèles pour démasquer mes ennemis. Ce n’est pas ma conception de la démocratie. Mon temps et mon énergie, je les consacre à mon projet de redressement de la France.

EUROPE

Vous promettez de réformer le projet européen. Avec quels pays le faire ?

Seule une initiative franco-allemande forte peut relancer le projet européen. Il faut donc que nous agissions ensemble, ce que je suis allé proposer à Madame Merkel il y a un mois. L’idée est que la France et l’Allemagne lancent une initiative puissante pour la zone euro, avec la constitution d’un gouvernement composé des chefs d’Etat et de gouvernement se réunissant très régulièrement. Cela s’accompagnera de la mise en place d’un secrétariat chargé de veiller à un agenda d’harmonisation fiscale, d’abord vers les entreprises puis pour les ménages.

Vous voulez donc davantage de gestion intergouvernementale de la zone euro, alors même que ce mode de gouvernance a été très critiqué pendant la crise…

Le cadre intergouvernemental n’a pas forcément toujours bien fonctionné, mais il a beaucoup mieux fonctionné que le cadre institutionnel européen. Pendant la crise financière de 2008, ce dernier a été aux abonnés absents du début à la fin.

Que dites-vous aux électeurs de Marine Le Pen qui l’entendent sur le bilan désastreux de l’euro ?

L’euro protège l’Europe et aussi la France puisque sans lui nous serions dans une situation extrêmement difficile vis-à-vis de nos créanciers. Il faut renforcer la zone euro car la souveraineté européenne est nécessaire contre la domination du dollar et demain contre le risque de domination de la monnaie chinoise. Nous devons nous donner les armes pour empêcher la justice américaine de se mêler de la vie de nos entreprises.

Plus largement, quelle relance européenne proposez-vous ?

Nous avons réfléchi à deux initiatives à géométrie variable, l’une sur les frontières et l’autre sur la Défense. Sur ce dernier point, l’OTAN -et l’alliance avec les Etats-Unis- n’est plus le seul horizon de l’Allemagne, qui s’est rendu compte qu’il y avait un besoin d’un instrument de défense européen face au totalitarisme islamique. A cela s’ajoutent les incertitudes que font peser le nouveau président Trump sur le partenariat transatlantique. Tout cela conduit à un effort de défense européen et à une implication plus grande de l’Allemagne. Enfin, l’Europe doit se préoccuper du numérique, en fixant des règles communes et en finissant avec une politique de concurrence absurde. Il faut une stratégie de l’Europe pour adopter une indépendance numérique.

Qu’en est-il de l’avenir des travailleurs détachés ?

J’ai proposé à Angela Merkel une réforme profonde de la directive des travailleurs détachés avec une règle simple : le coût d’un travailleur détaché doit être celui d’un travailleur national. Je serai inflexible sur ce point.

Source : https://www.fillon2017.fr/interview-les-echos-1303/