Avec François Fillon sur le chemin de l’alternance !

Communiqué de Jacques JP Martin, Maire de Nogent sur Marne, Président du territoire ParisEstMarneBois

Nogent sur Marne, 28 novembre 2016

Félicitations à François Fillon qui avec 66% de voix sur 4,3 millions d’électeurs remporte très largement la primaire de la droite et du centre.

Sa personnalité, la radicalité d’un projet rigoureux et sa ténacité ont porté leur fruits, alors qu’ailleurs dans d’autres circonstances en Grande Bretagne, aux Etats-Unis c’est un tsunami populiste qui a "renversé la table".

En France, un ras-le-bol s’exprime depuis 4 ans sous différentes formes, il a fallu l’effet primaire, qui a joué pleinement au fil des mois en sa faveur, par la mobilisation d’un électorat de la droite disponible pour "une insurrection électorale" libérale et conservatrice.

L’électorat imprévisible s’est concentré sur ce choix dans le cadre de la primaire sans trop baser ce choix dans la perspective du premier tour de l’élection présidentielle du 23 avril 2017. Le chemin sera long et parsemé d’embuches. La large victoire de François Fillon va faire évoluer les enjeux connus de l’élection présidentielle. « Il faut des réformes puissantes » a déclaré François Fillon qui a su incarner les attentes "anti-système".

Je suis persuadé, après avoir choisi la démarche et le projet d’Alain Juppé, que le pari des réformes très libérales de François Fillon étaient attendues par beaucoup de Français, mais risquées tant notre pays et notre société sont déchirés par 5 ans d’improvisations et d’absence de projet ambitieux et fédérateur d’un président sortant discrédité.

Nos concitoyens ont peut-être fait, lors de cette primaire, le pari de "qui peut le plus peut le moins" pensant que l’audace du projet de François Fillon n’exclut pas son sens des réalités et sa capacité à entendre et écouter les Français les plus fragiles et ainsi que ceux qui ont été sacrifiés par la politique socialiste d’un pouvoir finissant.

La future élection présidentielle n’est pas gagnée pour autant et les obstacles ne manqueront pas jusqu’en avril 2017 du fait d’une offre comparative, concurrente, diverse et multiple hors de la droite Républicaine. Pour réussir, François Fillon devra, en affrontant le "sacro-saint" politiquement correct, tout d’abord rassembler sa famille politique puis aller au-delà de l’électorat qui s’est prononcé à l’occasion des primaires et convaincre une grand majorité de Français.

Je m’étais engagé à soutenir le projet d’une droite humaniste et modérée dans le large rassemblement souhaité par Alain Juppé, projet destiné à réparer la France plutôt que la brutaliser. Je pensais sincèrement que nos concitoyens n’étaient pas prêts à une véritable rupture.

Je soutiendrais la démarche de François Fillon vers l’élection présidentielle, en apportant avec nombre de mes collègues élus, ma vision gaulliste sociale à un projet qui devra affronter les attaques et les critiques de ses concurrents sur le chemin qui conduira au 23 avril 2017.

Tout commence maintenant pour nous, dans le travail de rassemblement après une primaire réussie, afin de porter durant les cinq mois à venir, le candidat que nous venons de choisir vers la victoire.