Le Gouvernement socialiste délaisse les quartiers en difficulté !

Fin juin, le Conseil Départemental a examiné la nouvelle géographie de la politique de la ville qui est destinée à améliorer la mixité sociale dans les quartiers urbains en difficulté et à réduire les inégalités entre les territoires. Cette réforme, menée par François HOLLANDE et Manuel VALLS, représente à l’évidence un nouveau désengagement de l’Etat !

Le Gouvernement dit vouloir simplifier les modalités de mise en œuvre de cette politique qui est, il est vrai, un peu compliquée. Mais derrière cet objectif louable, la réalité est nettement moins reluisante. La réforme engagée aboutit de fait à réduire par deux le périmètre d’intervention de l’Etat en faveur de nos concitoyens qui vivent dans des quartiers en difficulté.

Le Val-de-Marne n’échappe malheureusement pas à cette tendance car le nombre de quartiers aidés passe de 78 (soit 320 000 habitants) à 42 (soit 140 000 habitants) ! Ainsi, du jour au lendemain, l’Etat abandonne 180 000 habitants Val-de-Marnais résidant pourtant dans des quartiers qui nécessitent un vrai engagement des pouvoirs publics pour garantir plus de mixité sociale et d’attractivité urbaine.

Pour définir le caractère prioritaire d’un quartier, le Gouvernement a retenu deux critères : un quartier d’au moins 1 000 habitants et un revenu annuel inférieur à 12 800 €, ce qui est extrêmement faible ! Le Gouvernement exclut de fait un grand nombre de quartiers jusqu’alors considérés comme prioritaires ! Avec le Gouvernement VALLS et les socialistes, c’est toujours le même cynisme qui est à l’œuvre : de grands discours généreux sur la solidarité mais des actes en totale contradiction !

Parmi ces quartiers désormais abandonnés, on peut citer « Grand Ensemble » à Bonneuil-sur-Marne, « Quartier Nord » à Valenton, « Les Saules » à Orly, « La Reine Blanche » à Gentilly, « Les Quatre Cités » à Arcueil, « Mirabeau » à Ivry-sur-Seine, « Les Sorbiers » à Chevilly-Larue, « La Plaine » à Cachan, « Maurice Thorez » à Villejuif, « Ile-de-France » à Limeil-Brévannes, « La Vallée aux Renards – Les Groux » à L’Haÿ-les-Roses, « Liberté-Vert de Maisons » à Maisons-Alfort, « La Fosse Rouge » à Sucy-en-Brie, etc…Tous ces quartiers, et leurs habitants, ne sont plus considérés comme prioritaires par le Gouvernement !

La majorité départementale PC-PS-EELV a proposé d’accompagner l’Etat dans cette nouvelle orientation. Pourtant, la vraie question est ailleurs : qu’en est-il des quartiers d’habitat social désormais laissés sur le bord du chemin par le Gouvernement ? C’est pourquoi notre groupe a demandé avec force au Président du Conseil Départemental que notre département continue à soutenir ces quartiers désormais délaissés par l’Etat. Si nous sommes satisfaits que la réponse ait été favorable, nous resterons néanmoins attentifs à ce que cet engagement soit effectivement mis en œuvre.

Le sujet de la politique de la ville de l’Etat fait écho à la politique d’habitat social de l’Exécutif départemental PC-PS-EELV. Lors de la séance du Conseil Départemental de juin dernier, une délibération visant à financer des opérations de logements sociaux a été présentée. Notre groupe a rappelé sa position et l’engagement que nous avions pris dans notre programme lors des élections départementales, à savoir : « Pour une vraie mixité sociale, arrêter de financer la construction de nouveaux logements sociaux dans les villes qui en comptent beaucoup trop (plus de 40%) et utiliser les crédits pour rénover les logements sociaux dans ces Communes, faciliter l’accession sociale à la propriété et la construction de logements intermédiaires pour les classes moyennes ».

Certains membres de la majorité départementale se sont émus de notre position. Mais il n’y a pas lieu de s’en étonner dans la mesure où cet engagement a été promu et défendu publiquement tout au long de la campagne des élections départementales et nous l’assumons pleinement.

Il est d’ailleurs assez risible de voir la Gauche départementale s’offusquer de notre proposition quand on sait que le Premier Ministre Manuel VALLS a lui-même déclaré publiquement le 6 mars 2015 qu’il donnerait des instructions aux préfets pour désormais limiter la construction de logements sociaux dans les villes qui en comptent plus de 50% et ce, comme l’a dit le Premier Ministre, pour « arrêter d’ajouter de la pauvreté à la pauvreté ».

Malgré les orientations du Premier Ministre, la majorité départementale PC-PS-EELV continue de soutenir financièrement la construction de nouveaux logements sociaux dans les villes qui en comptent déjà beaucoup trop comme à Valenton (70% !). Encore une fois l’incohérence de la Gauche, sur ce sujet comme bien d’autres, est à son comble !

Olivier CAPITANIO, Jean-Daniel AMSLER, Karine BASTIER, Paul BAZIN, Laurence COULON, Richard DELL’AGNOLA, Chantal DURAND, Hervé GICQUEL, Emmanuel GILLES de la LONDE, Pierre-Jean GRAVELLE, Vincent JEANBRUN, Patricia KORCHEF-LAMBERT, Françoise LECOUFLE, Jean-François LE HELLOCO, Déborah MÜNZER, Marie-France PARRAIN, Marie-Christine SÉGUI, Julien WEIL, Métin YAVUZ

Vous souhaitez réagir ? Ecrivez-vous à l’adresse suivante : groupe-lesrepublicains-valdemarne-autrement@valdemarne.fr

Votre avis nous intéresse !

Site internet : www.valdemarne-autrement.fr
Source : tribune du groupe - Magazine du Val-de-Marne - Septembre 2015