Elections UMP : Percée de Bruno Le Maire dans le Val de Marne ?

Quel score ont réalisé dans le Val de Marne et ses circonscriptions les trois prétendants à la présidence de l’UMP ? La Haute autorité de l’Union, en charge d’organiser ce scrutin 100% électronique, ne donnera pas ces informations. Il faudra donc se contenter de supputer ou d’en rester aux chiffres nationaux.

Au terme d’un scrutin de 24 heures, qui a impliqué 155 851 des 268 236 militants de l’UMP de France (soit un bon taux de participation, de 58% contre 54% en 2012), Nicolas Sarkozy a été élu président du mouvement avec 100 159 voix, soit 64,5% des suffrages, contre 45 317 voix pour Bruno Le Maire (29,18%) et 9 809 pour Hervé Mariton (6,32%).

Pas de raz-de-marée mais une victoire incontestable pour l’ancien président de la République, élu dès le premier tour en distançant le second prétendant de plus de 35 points. Avec près de 30% des voix, le quadragénaire Bruno Le Maire, qui tablait plutôt sur 20%, apparaît néanmoins comme celui qui a créé la surprise.

« C’est une bonne surprise, même si nous le sentions déjà sur le terrain, se réjouit Laurent Dubois, délégué à la campagne de Bruno Le Maire dans le Val de Marne, qui estime à près de 50% le score de son champion dans le département. J’attends de ce bon score qu’il permette d’influer sur la gouvernance du parti, qu’il s’agisse de la décentralisation ou de la transparence interne -concernant par exemple les cotisations des élus, mais aussi sur les pratiques politiques, à propos notamment de la limitation du cumul des mandats. » Sur le fond du programme, le député de l’Eure a également rouvert le débat sur le sujet très clivant au sein de l’UMP du mariage pour tous, indiquant qu’il ne reviendrait pas sur le mariage homosexuel.

De son côté, Jacques JP Martin, maire de Nogent-sur-Marne et partisan de Nicolas Sarkozy, estime que l’ancien président a atteint quelques 70% dans la circonscription Nogent-Le Perreux- Champigny et se réjouit de son score national de 64,5%. « Je ne suis pas de ceux qui regrettent un score de 70%-80%. Il fallait entre 60% et 70% pour que sa légitimité soit clairement établie et je suis donc satisfait de ce score. Mais je me réjouis également du bon résultat de Bruno Le Maire dont la campagne a été constructive et contribue au processus de rénovation des pratiques politiques au sein du mouvement. Alors que nous étions considérés comme des godillots, nous avons su montrer que nous pouvions avoir une vraie campagne de bon niveau alors même que le PS a désigné son secrétaire national actuel sans concertation des militants. Je souhaite que la rénovation du parti se poursuive. L’UMP doit se refonder, s’ouvrir au centre et écouter davantage les militants et élus de terrain" , conclut l’élu, favorable à des primaires ouvertes pour la présidentielle de 2017.

Impossible également de savoir quel score a réalisé Hervé Mariton dans le département. Proche du mouvement de la Manif pour tous, le candidat était aussi parrainé par des élus comme le député-maire du Perreux Gilles Carrez, président de la Commission des finances à l’Assemblée nationale. Avec 6,3% des suffrages, le député-maire de Crest (Drôme) et ancien ministre d’Outre-mer n’a pas atteint son objectif des 10% mais pas démérité non plus, avec près de 10 000 voix sur sa personne.

La non-venue de Nicolas Sarkozy a-t-elle joué sur le scrutin ?

Alors que Bruno Lemaire et Hervé Mariton se sont rendus à plusieurs reprises dans le Val de Marne pendant la campagne, Nicolas Sarkozy a zappé le département, y dépêchant simplement un des ses ambassadeurs, certes de poids, l’ancien champion du monde de judo David Douillet. Une absence regrettée par un certain nombre de militants, alors même que le Val de Marne fait partie des départements où l’UMP a fait un beau schelem aux dernières municipales et a, pour la première fois depuis longtemps, ses chances aux prochaines élections départementales. Le candidat avait pourtant été invité par plusieurs élus du département.

Vote électronique et permanences

Organisé 100% sur Internet, avec mot de passe et identifiant unique, le scrutin était accompagné d’une assistance par téléphone et via des permanences sur le terrain (5 dans le Val de Marne). Les serveurs ont en effet un peu saturé au départ, en plus d’attaques cybernétiques, et certains militants restent peu habitués à Internet. « Nous avons eu pas mal d’appels de personnes qui n’arrivaient pas à se connecter", témoigne Laurent Dubois. A Nogent-sur-Marne, la permanence UMP a accueilli tout au long de la journée quelques 70 personnes, venues de la commune et ses environs (Vincennes, Saint-Mandé…) n’étant pas coutumières du vote électronique ou n’ayant pas réussi à voter de chez elles. «  Nous avons eu surtout des personnes qui sont venues le matin  », indiquent les militants venus tenir le bureau. Pour les adhérents qui se déplaçaient dans une permanence, la démarche devenait simplissime. Assisté dans la procédure électronique, l’adhérent se retrouvait en quelques clics devant un écran d’accueil présentant les trois noms des candidats avec leur photo et un gros bouton vert à côté pour voter.

Source : http://94.citoyens.com/2014/elections-ump-bruno-le-maire-a-t-il-particulierement-perce-dans-le-val-de-marne,30-11-2014.html