Vienne, une capitale qui a les ambitions d’une Métropole

Amateurs d’art, d’histoire européenne et mondiale, voire de loisirs et de détente, la découverte des parcs en cœur de ville, les palais impériaux, les galeries d’art l’architecture, la musique...tout pousse à venir découvrir la capitale de l’Autriche (membre à part entière de l’Union Européenne).

L’histoire de Vienne a commencé dè le 1er siècle mais son entrée dans la grande histoire débute en 1273 à l’arrivée des Habsbourg lorsque Rodolphe, élu du Saint Empire germanique, réclame l’Autriche comme fief. Le reste, chacun le sait ou peut le savoir.

La Première Guerre mondiale sera fatale à l’Empire et en 1918 le pays compte seulement six millions d’habitants. Après la chute d’Hitler en 1945, Vienne restera sous contrôle des alliés jusqu’en 1955. Le décor est ainsi planté !

Pourquoi ces préliminaires de ma part et pourquoi je suis venu ici en dehors de la Vienne baroque, de Mozart, Sissi l’impératrice, Stefan Zweig, les Strauss père et fils, le Beau Danube Bleu, les cafés-konditoreien et leurs pâtisseries (" torte")....? Je suis venu car invité pour échanger avec des universitaires sur le fait métropolitain alors qu’une exposition se déroule au Musée de Vienne, de mai à septembre sur ce thème : " Expériment Métropole " (the Métropolis Expériment and the 1873 world exhibition). Après la révolution de 1848 qui n’a pas réussi à mettre en cause le règne des Habsbourg, plus de 550 000 habitants vivaient à Vienne en 1850. Cette population est passée à plus de 1 million 20 ans plus tard ! Avec plus de 1,7 million d’habitants en 2013 sur 415 km2, Vienne est à la fois la capitale et le centre politique, économique, culturel et administratif de la République d’Autriche de neuf États confédérés. Le Danube domestiqué dans son canal traverse son centre. Sa position au cœur de l’Europe centrale lui donne une situation stratégique au plan économique et culturel.

L’exposition universelle de 1873 a été le déclenchement du fait métropolitain. Ce fait extrêmement lié à une dynamique économique de la capitale libérée au plan structurel de sa vieille enceinte par le percement du "ring" (un boulevard circulaire) et complété par la création d’un métro circulaire prolongé en banlieue à la fin du XIXéme et début du XXéme . Sur la base d’une planification stratégique, un projet partagé, un véritable projet métropolitain fut lancé. Pour que tout cela fonctionne à l’ère de la révolution industrielle, à l’arrivée d’une bourgeoisie en partie juive, créatrice de nouvelles richesses et d’emploi d’une classe ouvrière, il fallait créer une nouvelle forme de gouvernance au service d’un plan d’aménagement ambitieux.

Aujourd’hui pour gérer cette métropole à taille humaine, les acteurs politiques, économiques, sociaux sont tous d’accord sur plusieurs points forts. Une gouvernance partagée entre tous les acteurs de la Métropole qui a en responsabilité la planification stratégique sur trois grands thèmes l’habitat, le développement économique, l’emploi et les transports sur la base d’un schéma directeur d’aménagement métropolitain. Le reste est renvoyé en proximité des habitants. Les projets d’intérêt métropolitain sont portés collectivement en tant que créateurs de richesse collective au service des quartiers.

Très intéressant, le fait métropolitain de Vienne qui est né en 1873 à partir d’un schéma d’aménagement ambitieux au service d’un développement économique équilibré et équitable entre les territoires composant la Métropole.

Un conseil : l’exposition " Expériment Métropole" du musée de Vienne est exceptionnelle et facteur de mobilisation des habitants à un projet partagé. Si Paris avait la bonne idée d’en faire de même pour la Métropole d’un grand Paris qui ne sera réussie qu’à plusieurs conditions :

  • que Paris en soit réellement le cœur,
  • que les compétences de la région Ile-de-France et de la future métropole soient complémentaires et assurées par les mêmes élus métropolitains,
  • que la banlieue perde son statut de banlieue, et de commodités de la Capitale en générant des territoires métropolitains de plein exercice,
  • que la métropole du Grand Paris soit le "chef d’orchestre" du projet métropolitain avec comme compétence première la planification stratégique de tout ce qui relève de l’intérêt métropolitain avec pour vocation complémentaire la réduction des inégalités entre les territoires.

Retrouvez également ces informations en anglais sur http://www.wienmuseum.at/en/exhibitions/detail/ausstellung/experiment-metropole-1873-wien-und-die-weltausstellung.html

A suivre...

Jacques JP MARTIN