L’absence de leadership met l’Europe en danger

"Nulle part dans le monde ailleurs qu’en Europe on n’a eu l’intelligence et la sagesse d’inventer un système aussi original et élaboré au service de la paix. Ses dérives doivent être corrigées, mais le projet doit être préservé. C’est une question de civilisation. Ne laissons ni aujourd’hui ni demain détruire ce trésor !" Nicolas Sarkozy

Une Europe de la paix  : "Les Français doivent l’entendre, car c’est la vérité. La paix est le résultat de l’union des peuples européens telles que l’avaient rêvée les pères fondateurs de l’Europe. De ce seul point de vue, la réussite est exemplaire !"

Une Europe volontariste  : "L’Europe nous protège lorsqu’elle fait le choix du volontarisme. (...). C’est par la volonté seulement que nous pourrons réconcilier ceux qui veulent encore croire à l’Europe et ceux qui n’y croient plus. Les Français, et les autres Européens, ne veulent plus croire : ils veulent voir, ils veulent toucher. Il est inutile de chercher ailleurs les raisons de la flambée populiste et anti-européenne".

L’Europe, une civilisation européenne : "Le but de l’Europe n’a jamais été que nous nous ressemblions tous, que nous vivions à l’identique, que nous pensions en tout la même chose. Il est que nous soyons capable de coexister, de fraterniser, de défendre nos justes intérêts ensemble face au reste du monde, et même de promouvoir un modèle de civilisation européenne".

Le couple franco-allemand  : "Je plaide clairement pour la création d’une grande zone économique franco-allemande cohérente et stable au coeur de la zone euro qui nous permettra d’abord de mieux défendre nos intérêts face à la concurrence allemande en gommant nos handicaps fiscaux et sociaux et qui nous permettra ensuite de prendre le leadership des dix-huit pays qui composent notre union monétaire."

Retrouvez l’article de Nicolas Sarkozy du 22 mai 2014 publié dans Le Point (n° 2175)

PDF - 6.2 Mo